: LOUIS EVELY : Le vrai temple de Dieu c'est l'homme














                  "Le vrai temple de Dieu c'est l'Homme"  

: Accueil : L'homme,
son parcours
: Ses écrits,
ses conférences
: Que nous
dit-il ?
: Louis Évely
aujourd'hui
:




Témoignages




: L'association
Transmission

 
Que nous dit-il ?


les amis de Louis Évely
en Belgique
en France
en Suisse
et partout dans le monde


Comment un homme d’études et de culture a-t-il pu trouver avec une telle simplicité le chemin du cœur de chacun ?
Le fait de s’être toute sa vie confronté aux auditoires les plus variés, en Belgique, en France, en Suisse, en Espagne, en Italie et plus loin encore, a certainement contribué à donner à son style une grande force d’impact.
D’autre part, le style traduisant l’homme, la formidable énergie de Louis Évely transparaît également dans ces lignes frappées au coin du bon sens mais aussi d’une vitalité inépuisable; sans oublier l’humour qui donne souvent à ses propos un ton enjoué et sympathique.
La simplicité n’est pourtant jamais le fruit du hasard et celle de Louis Évely doit certainement beaucoup à une pratique intense de la prière et de la méditation d’Evangile tout au long de sa vie.
:   Une religion d'incarnation
:   La faim que Dieu a de l'homme
:   Le Christ, une fidélité d'amour
:   La résurrection du Christ nous concerne tous
:   L'Evangile est un miroir
:   La vie future est l'opium du peuple
:   Le Christ doit étouffer dans nos ostensoirs d'or
:   Chrétiens d'éducation et de pratique
:   Aux pauvres seuls Dieu peut se communiquer
:   Prier (...) c'est écouter Dieu qui te parle
:   La foi c'est ce qui nous tient élevés vers Dieu


"Une religion d'incarnation"

L’essentiel de la religion chrétienne, c’est que Dieu vient à nous, qu’il se fait connaître de nous à notre niveau, à hauteur d’homme.
L’essentiel du christianisme, c’est que Dieu est connu de nous sous une forme sensible […] Ce par quoi la religion chrétienne se différencie de toute autre, c’est qu’elle et une religion d’incarnation.
Louis Évely : L'Eglise et les sacrements (1956), p. 5 
[Une] caricature de religion que les athées refusent et dénoncent : une religion idéaliste.
Tout se passe dans le ciel où dans le monde des "âmes", des "belles âmes". Il existe une sorte de Compte-chèque-postal céleste où on fait des virements ou des versements de prières et de mérites, et qui sont redistribués ensuite, invisiblement bien sûr, par les bons soins de facteurs angéliques. Finalement, dans l’au-delà, vous retrouverez votre compte en banque.
Louis Évely : Une religion pour notre temps (1962), p. 12 
Trop de chrétiens ont une religion de la croix. Ils témoignent de l’absence de Dieu.
Ils montent la garde devant le tombeau vide. Ils se rendent hommage de ne pas l’avoir rempli comme tant d’autres avec de l’argent, des distractions, des plaisirs. Ils restent là, sévères, sombres, amers, témoins de l’absence de leur Dieu. Mais notre religion n’est pas la religion de l’absence. Elle est la religion de la présence, de la présence réelle de Dieu. On n’est chrétien que si on témoigne que ce Dieu, on l’a rencontré. Il nous a guéri comme personne d’autre n’eût pu le faire.
Louis Évely : Le Chemin de Joie (1968), p. 15 
Jésus a-t-il fondé une religion ou les a-t-il toutes abolies en proclamant qu’il faut détruire les temples parce que le vrai temple de Dieu, c’est l’homme ; qu’il faut abandonner les cultes parce que le vrai service de Dieu, c’est le service de l’homme ; qu’il faut transgresser la loi parce que la seule loi est "Aimez-vous les uns les autres" ?
Louis Évely : , p. 18 


"La faim que Dieu a de l'homme"

La faim que l’homme a de Dieu n’est rien à côté de la faim que Dieu a de l’homme.
Dieu ne manque jamais au rendez-vous de l’homme. C’est lui qui les fixe. […] Dieu ne cesse pas d’être tendu vers nous pour nous offrir un partage, une confidence que nous ne cessons de refuser. C’est Lui qui veut se manifester, c’est nous qui sommes trop distraits, trop occupés d’autre chose, trop méfiants, trop hostiles…
Louis Évely : Les chemins de ma foi (1990), p. 25 
La foi en l’amour de Dieu, c’est de croire qu’il s’intéresse passionnément, à chacun de nous personnellement et continuellement.
Louis Évely : Des Pauvres (1967), p. 9 
Quand nous souffrons, le Père nous suit des yeux avec la même sollicitude, la même admiration, la même tendresse anxieuse, le même désir de secourir et d’aider, qu’il regardait le Fils allant vers sa croix.
Louis Évely : C'est toi cet homme (1957), p. 125 
Peut-être que le cœur du christianisme est d’avoir compris que Dieu dépend de nous plus que nous ne dépendons de lui.Que les parents dépendent plus des enfants que les enfants des parents.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 125 
Il est impossible de dire le "Notre Père" en dehors d’une fraternité humaine, en dehors d’une solidarité […] Dieu nous a appris ainsi qu’une prière filiale était forcément fraternelle, que pour être fils, il faut être frères.
Louis Évely : Notre Père (1956), p. 27 
C’est pourquoi, formés par Lui, instruits et nourris de Lui, nous osons dire :
"Notre Père qui es avec nous,
Tu nous as révélé et communiqué ton amour, et nous en vivrons assez pour qu’il se transmette à travers nos amitiés, nos fraternités, nos paternités et nos maternités, à tous ceux qui l’attendent,
Tu as établi ta demeure en nous et nous voulons révéler à chaque homme sa dignité et lui obtenir le respect qu’il mérite ;
Tu nous as fait connaître en Jésus-Christ ta volonté de justice, de partage et d’amour, et nous voulons l’accomplir sur la terre pour qu’elle devienne un lieu où la justice habite et où l’on s’aime les uns les autres ;
Tu nous as si bien partagé ton pain que tu nous as rendu capables de partager aussi le nôtre ;
Tu nous as si bien pardonné que tu nous inspires le tact, le respect, la joie avec lesquels nous devons nous réconcilier avec nos frères
Tu es avec nous dans toutes nos épreuves dans toutes nos tentations et souffrances pour nous donner de les surmonter Et avec toi, en toi, par toi nous délivrerons le monde du mal !
Amen !"
Louis Évely : La prière d'un homme moderne (1969), p. 138-139 
L’homme est sexué parce que Dieu est Trinité […] Dieu est amour.
Il n’est pas solitaire, égoïste, "célibataire". […] En Dieu, ils avaient besoin d’être plusieurs pour être Dieu. L’homme est à la ressemblance de Dieu. Il a toujours besoin d’un autre pour être lui-même.
Louis Évely : Oser parler (1982), p. 22 
Chacun de nous, à la racine de son être est l’expression d’une pensée de Dieu.
[…] C’est au niveau de cette source de notre être […] que nous sommes cette chose de Dieu et c’est à ce niveau que nous sommes merveilleusement différents les uns des autres, uniques au monde […]. [Au contraire], c’est ce qui n’est pas de Dieu en nous (tous les voiles, tous les masques secrétés autour de cette source) qui nous rend bavards, monotones, tristement pareils, insipides. Aimer les gens "en Dieu", dès lors, sera précisément les aimer pour eux-mêmes, pour ce qu’ils sont vraiment, au lieu d’en rester à l’accoutrement d’habitudes et de péchés.
Louis Évely : Vivre en fraternité (1956), p. 33 


"Le Christ, une fidélité d'amour"

Quand le Verbe s’est incarné, il a dû choisir entre toutes les valeurs humaines celles qui seraient aptes à signifier les goûts de Dieu, à révéler les mœurs divines.
Et il a écarté d’emblée la richesse, les honneurs, la force, l’autorité, la gloire la violence. Il a choisi la pauvreté, l’humilité, la douceur, le service, la souffrance, la passion de la justice et de la miséricorde.
Louis Évely : La prière d'un homme moderne (1969), p. 27 
Le Christ a manifesté sa divinité. Il a révélé sa vraie gloire en montrant à Cana sa bonté et sa délicatesse de cœur.
Il a souffert à la pensée que deux gentils jeunes mariés seraient humiliés et désolés parce que le vin allait manquer au premier jour de leur noce. Il a sympathisé avec la joie simple de ces braves convives qui auraient été tellement dépités de devoir cesser de boire au milieu d’un festin. » « Ce que Jésus attaque dans le miracle de Cana, c’est justement cette séparation absurde, sacrilège, entre le Dieu de la nature et celui de la grâce, entre le Dieu qui a créé le monde et tout ce qu’il contient et le Dieu qu’on adore dans les temples et les églises.
Louis Évely : En écoutant l'Evangile (1968), p. 50 
Le Christ en croix est l’image d’une obéissance, d’une fidélité totale.
Il n’a pas recherché cette horrible souffrance. Il a lutté, il s’est débattu contre elle. C’est seulement son amour pour son Père, son dévouement à la mission qu’il tenait de Lui, qui l’a mené jusqu’au Calvaire. La noblesse de la Passion du Christ vient de ce qu’elle n’a pas été une œuvre d’ascèse, une mortification studieuse, une mutilation volontaire, mais simplement une fidélité d’amour.
Louis Évely : , p.  
Dans ce qu’on a recueilli de son message, Jésus procède par chocs, éclairs, paradoxes et impulsions et casse ainsi la tentation de faire de lui un maître et de son enseignement un système […] À chacun de nous de trouver, sur sa lancée, ce qui convient le mieux à notre cas.
Louis Évely : Oser parler (1982), p. 134 


"La résurrection du Christ nous concerne tous"

La vérité historique de la résurrection du Christ n’est que l’origine de cette vérité permanente de notre résurrection en lui.
Ce qui importe, ce n’est pas que le Christ "a" ressuscité, c’est qu’il "est" ressuscité, qu’il est vivant, qu’il est Résurrection ! Peu m’importe que le Christ soit ressuscité s’il ne ressuscite pas en moi. Peu m’importe qu’il soit sorti vivant du tombeau s’il n’émerge pas, éclatant, des ténèbres de mon âme. Peu m’importe qu’il soit apparu aux apôtres s’il ne se manifeste pas en moi. La meilleure preuve que le Christ est ressuscité, c’est qu’il est encore vivant, qu’il me vivifie. […] Honte à la religion qui n’a de preuves que du passé.
Louis Évely : Les chemins de ma foi (1990), p. 98-99 
La Résurrection du Christ est capitale […] parce qu’elle nous concerne tous, nous atteint chacun personnellement. […] Elle est promesse de Résurrection pour tout homme venant en ce monde.
Louis Évely : Chaque jour est une aube (1987), p. 166 


"L'Evangile est un miroir"

Quand nous recevons une parole de l’Évangile de Dieu, ce n’est pas un texte qui nous est donné à lire, ce n’est pas une idée qui nous est donnée à disséquer, c’est Dieu qui […] nous parle, face à face, comme un homme parle à son ami. Si nous l’écoutions ainsi, elle serait vivante en nous et efficace, elle agirait, elle nous guérirait, elle nous ressusciterait.
Louis Évely : C'est toi cet homme (1957), p. 48 
L'Evangile est la parole de Dieu adressée à chacun de nous.
Lorsque nous lisons l'Ecriture, les mots ne prennent leur sens que si une inspiration nous soulève et les ranime. "L'Esprit Saint vous apprendra tout ce que je vous ai dit". Jésus, peu avant sa mort, indiquait bien, par ses mots, comment ce qu'il avait dit resterait cependant toujours à apprendre et qu'Il n'avait dit toutes ces choses un jour que pour qu'elles soient réapprises par l'Esprit toujours.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 47 
Mais, direz-vous, j'ai essayé de lire l'Evangile, je l'ai lu, je l'ai parcouru maintes fois. Il ne m'a rien dit.
Les mots ne me parlaient pas. Les récits trop connus, les personnages sans vie, les passages obscurs ont lassé mon intérêt. Je n'y ai pas trouvé le Christ. Ah, c'est que vous ne l'avez pas lu comme il fallait. Vous l'avez lu comme un livre ordinaire, pour l'histoire et pour les idées. Mais lire l'Evangile, c'est écouter le Christ, toucher le Christ. C'est entrer par la foi en contact avec le Christ...si vous lisez l'Evangile sans foi, vous le lisez sans profit.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 56-58 
Lire l'Evangile avec foi, c'est croire que tout ce qui s'y trouve arrive,
qu'il est un livre de Révélation, de découverte, qu'il est encore bien plus qu'une histoire: une prophétie. L'Evangile vous dénonce qui vous êtes et ce que vous faites. Il nous raconte la vie de Dieu parmi les hommes.Dieu est toujours le même. Et les hommes sont toujours les mêmes. Ce que décrit l'Evangile se passe encore maintenant. L'Evangile me révèle ma vie, comment Dieu m'aime et comment je traite Dieu. Comment je le maltraite.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 59 
L'Evangile est un miroir.Chacun de nous peut s'y voir bien mieux que reflété: dénoncé, révélé.
Mais dans ce miroir, généralement, nous regardons les autres. Nous nous indignons de la bêtise, de la méchanceté, de l'aveuglement des autres. Nous réagissons comme Clovis. Lorsqu'on lui racontait la Passion du Christ: "Ah, s'écria-t-il,que n'étais-je là avec mes Francs!". Le malheureux ne soupçonnait pas qu'il était capable de pire et qu'il avait fait cela cent fois.Il était persuadé que seuls les autres étaient assez méchants pour commettre de telles injustices. L'Evangile, pour lui, éclairait le passé mais pas le présent. Il continuait "à ne pas savoir ce qu'il faisait" quand il tuait, pillait, opprimait le faible et piétinait le vaincu.La connaissance de Dieu ne l'avait pas éveillé à la connaissance de soi.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 64 


"La vie future est l'opium du peuple"

Dieu ne va pas vous punir et vous récompenser [dans l’autre monde].
J’espère que cette histoire de croquemitaine est finie pour vous. Dieu n’est pas un gendarme ni un juge. […] Dieu est celui qui te propose dès maintenant un amour que tu puisses éterniser, une vie que tu puisses éterniser. Sa vie. Son goût. Sa joie. Son bonheur. Le goût même de la joie de Dieu.
Louis Évely : C'est toi cet homme (1957), p. 58 
La vie future est l’opium du peuple, c’est une mystification que de faire attendre de l’avenir un changement qui ne se serait pas produit ou au moins préparé dans le présent.
La vraie foi chrétienne est la foi non dans une vie future, mais dans la vie éternelle, et si elle est éternelle, il suffit d’un instant de réflexion pour comprendre qu’elle est commencée. Nous en vivons maintenant, ou bien nous n’en vivrons jamais.
Louis Évely : Questions de vie et de mort (1978), p. 30 
Dès lors, […] on ne gagne pas le ciel, on s’y familiarise, on s’y habitue, on s’y acclimate, on s’y entraîne. Et on le fait tous ensemble.
Louis Évely : C'est toi cet homme (1957), p. 195 
La plus formidable surprise qui nous attend au ciel, c’est que nous n’y trouverons rien de neuf.
Louis Évely : C'est toi cet homme (1957), p. 203 
La foi est terriblement inquiétante […] pour des hommes surmenés qui ont perdu le goût de vivre, par la pensée de toute une éternité à remplir ! Avec quoi ?
Quelles sont parmi leurs expériences celles qui voudraient indéfiniment prolonger ? Qui trouve sa vie assez bonne pour la vouloir infinie ? […] À quoi tenons-nous assez pour l’éterniser et pour nous éterniser avec lui ? Je veux dire : existe-t-il un être, une cause, un état d’âme que vous estimez assez pour désirer qu’il fasse partie de votre éternité ? Et existe-t-il un être que vous aimez assez pour vivre éternellement avec lui ?
Louis Évely : Les chemins de ma foi (1990), p. 89 
Il y a quelques années, de vieilles dames m’avaient invité à leur parler, et l’organisatrice [de la soirée] me confia : "J’espère que vous allez les préparer à mourir ?"
Je me suis indigné […] : "Je vais les encourager à vivre, je vais les préparer à une vie sans fin […] les inviter à l’attention aux autres, à la beauté du monde, à l’amour de tout ce qu’elles ont aimé et sont capables d’aimer encore.[…] Je leur demanderai : ‘Avez-vous de quoi vivre ?’ Si mourir, c’est s’ouvrir à ce dont on a vécu sur terre, avez-vous de quoi meubler votre éternité ? Avez-vous de quoi vivre toujours ? […] Qui aimez-vous assez pour vivre avec lui toujours ? Quels moments de votre vie souhaitez-vous éterniser ?"
Louis Évely : Questions de vie et de mort (1978), p. 9-10 


"Le Christ doit étouffer dans nos ostensoirs d'or"

Le culte exagéré de l’Eucharistie tend à faire de nos églises des temples païens.
[…] Le Christ doit étouffer dans nos ostensoirs d’or, dans nos calices incomparables, dans nos ciboires incrustés de joyaux, lui-même n’a aimé que la paille de la crèche ou le bois de la croix.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 49 ; 28 
Jésus a révolutionné l’idée et l’exercice de l’autorité.
Pour lui, le pouvoir est une tentation de Satan , et rien n’égale la vigueur avec laquelle il a réagi contre ses apôtres qui briguaient les premières places dans le Royaume ou lui prédisaient une brillante carrière.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 49 ; 28 
Les Églises commencent à comprendre que l’Incarnation concerne tous les hommes et tout dans l’homme, que le salut est spirituel et temporel, et qu’il n’y a pas de libération religieuse sans libération sociale, politique et économique.
Louis Évely : , p.  
Le Christ s’est identifié à l’Église et aux pauvres. Comment peut-il se faire que l’Eglise soit dans l’aisance et les pauvres sans religion ?
Louis Évely : Des Pauvres (1967), p. 54 
Si l’Église qui est tellement occupée à cultualiser encore aujourd’hui, qui dépense tant d’argent pour ses édifices sacrés, pour ses cérémonies religieuses, employait cette somme pendant un an ou deux (je ne demande pas plus) à un grand partage de pain, à une grande redistribution, à une grande communication de ses richesses, cela ferait un choc égal à celui du Christ.
Louis Évely : En écoutant l'Evangile (1968), p. 166 


"Chrétiens d'éducation et de pratique"

Dans leur grande majorité, les chrétiens « ont renoncé à l’ambition d’une Rédemption universelle […] Ils sont installés dans le monde et y vivent confondus.
Ils lisent le journal de tout le monde, ils fréquentent les distractions de tout le monde, ils ont la morale professionnelle de tout le monde : gagner le plus d’argent possible et le dépenser à leur exclusif profit… […] en plus de cela, ils sont chrétiens d’éducation et de pratique et ils escomptent fermement que cela leur constitue des droits sur l’autre vie.
Louis Évely : En écoutant l'Evangile (1968), p. 58 
La religion du Christ est faire pour être vécue en Église, en Corps. […] Le monde ne se convertira que devant le miracle de gens qui s’aiment vraiment les uns les autres.
Le miracle qu’il attend de nous chrétiens […], c’est le miracle de notre charité, de notre amour hardi, actif, joyeux, communicatif. Partout où vit un chrétien, partout où arrive un chrétien, il devrait se produire communauté, rupture de glace, joie qui rayonne, générosité active et délicate, contagion de détachement et de dévouement. » […] Le péché originel et incessamment renouvelé des chrétiens, c’est la division.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 96-97 
N’y aurait-il pas lieu, pour nous [catholiques] d’examiner si, dans le "paganisme" de nos frères du dehors [entendons : les non-chrétiens, voire les athées militants], il n’y a pas des traces plus certaines d’un Esprit de partage et de compréhension mutuelle que dans le sectarisme conservateur de certains de nos frères du dedans.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 144 


"Aux pauvres seuls Dieu peut se communiquer"

Le premier appauvrissement que Dieu nous demande, c'est de renoncer à l'idée que nous nous étions faite de la pauvreté.
Deux mensonges nous sont coutumiers: - "Je ne tiens à rien, donc je garde tout. J'ai une âme de pauvre". Lachez vite quelque chose, s'il vous plaît. Pour voir si ça tire. Il n'y a pas d'état "d'âme" qui puisse exister sans qu'il se traduise matériellement! - ou "Je me prive d'un tas de choses...J'ai donc bien le droit de prêcher la pauvreté aux autres" Vous avez préféré une possession spirituelle à une possession matérielle, c'est pire... L'orgueil d'être pauvre est la plus dangereuse des richesses.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 79 
Heureux ceux qui ont une âme de pauvre.
Heureux ceux qui acceptent de remettre leurs idées en question, heureux ceux qui acceptent de croire qu'ils n'ont encore rien compris, qui acceptent de se laisser dépasser, retourner, désinstaller de leurs positions, de leurs structures, de leurs principes, de tout ce qui pour eux allait de soi. [...] Le pauvre est celui qui accepte de ne pas être tranquille, d'être critiqué, harcelé, poussé dehors par la Parole de Dieu. [...] Le vrai pauvre, c'est le Christ.
Louis Évely : C'est toi cet homme (1957), p. 60-64 
Jésus nous décrit les moeurs divines, le caractère de Dieu. Il est pauvre,
humble, doux, miséricordieux, faiseur de paix, persécuté. Aux pauvres seuls Dieu peut se communiquer parce qu'avec eux seulement Il a quelque chose en commun.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 93 
Le pauvre est celui qui accepte de ne pas être tranquille,
d'être critiqué, harcelé, poussé dehors par la parole de Dieu et de se mettre en marche. Abraham est le premier pauvre, le premier fidèle à la voix dépouillante de Dieu: Pars! Quitte tes biens, ton pays, ton patrimoine, ta culture, tes habitudes, ton passé ( il n'était plus tout jeune, Abraham, quand Dieu l'a saisi).
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 81 
La pauvreté […] fera notre béatitude éternelle, si elle inspire déjà notre comportement actuel.[…] C’est la porte d’entrée du Royaume et le point de départ de la vie chrétienne, le premier choix qui commande tous les autres.
Louis Évely : Des Pauvres (1967), p. 18 
Heureux ceux qui ont une âme de pauvre...
Cela signifie: heureux ceux qui acceptent de se laisser critiquer par la parole de Dieu, heureux ceux qui acceptent de croire qu'ils n'ont encore rien compris, qui acceptent de se laisser dépasser, retourner, désinstaller de leurs positions, de leurs structures, de leurs principes, de tout ce qui pour eux allait de soi. Heureux ceux qui savent accepter de penser, tout d'un coup, que rien ne va de soi, que Dieu peut tout demander.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 78 
La pauvreté ne mène pas nécessairement à l'amour. Mais l'amour vrai mène toujours à la pauvreté.
La nôtre d'abord! Une pauvreté subie recouvre généralement une avidité violente. Richesses et plaisirs attirent d"autant plus qu'ils n'ont pas été expérimentés. Il est plus facile de mépriser ce qu'on a et qu'on connaît que ce qu'on n'a point et sur quoi on peut s'illusionner parce qu'on l'ignore. Une certaine pauvreté détourne de Dieu.C'est pourquoi nous sommes appelés à témoigner de son amour en la soulageant. Dieu a besoin de nous pour se manifester aux pauvres et faire, de leur condition, une confiance.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 78 
La première disposition pour entendre la parole de Dieu, c'est la pauvreté.
Qu'est-ce que la pauvreté? Il faut éviter de s'en faire une idée simpliste: matérielle. C'est aussi faux que de la réduire à une aspiration purement spirituelle. Le plus important n'est pas de diminuer de quelques chevaux la puissance de votre moteur ou de quelques mètres de tissu l'ampleur de vos rideaux... La pauvreté matérielle est une situation économique et non une vertu. Si elle béatifiait d'office, pourquoi essayons-nous d'en soulager les pauvres? Il faudrait plutôt la répandre.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 77 


"Prier c'est écouter Dieu qui te parle"

Il faut prier longtemps,dans le calme et l'attention intérieure.
Le moteur de vos inquiétudes tourne encore à toute allure.Il faut qu'il se mette à ralentir, à se calmer, à prendre un autre rythme. Tant que nous sommes dans l'agitation, possédés par nos problèmes et nos intérêts, nous sommes à l'abri, hors d'atteinte de Dieu. Il faut rester comme stupide, laisser ralentir le moteur pour qu'un autre mouvement se produise en nous que nous ne connaissions pas. Si vous êtes trop préoccupés de vos questions, vous êtes incapable d'entendre Ses réponses"
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 37-38 
Comme il nous est difficile d'accepter l'adoration d'un Dieu incarné.
Il est devenu homme. Il est devenu ...ce voisin qui est de trop pour que nous priions bien! A quoi ressemble notre prière si nous nous détournons de Lui pour Le chercher là où Il n'est pas, dans notre recueillement solitaire, notre intériorité spirituelle? "Jésus et moi dans une bouteille". Bien fermée. On plonge sa tête dans ses mains pour suçoter en paix son petit saint-esprit personnel.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 162 
Nos prières sont à l'impératif.
Qu'elles supplient ou qu'elles commandent, elles nous induisent toujours à croire qu'il faut que Dieu change, qu'Il est le grand obstacle à vaincre pour que la terre devienne un paradis!
Louis Évely : La prière d'un homme moderne (1968, Rééd.Desclée de Brouwer 2002), p. 16 
C'est Dieu qui prie les hommes et qui n'en est pas exaucé.
La prière chrétienne est une prise de conscience de l'appel de Dieu, un consentement au dessein de Dieu, à la proposition de Dieu.
Louis Évely : La prière d'un homme moderne (1968, Rééd.Desclée de Brouwer 2002), p. 18 
Prier, ce n'est pas parler à Dieu, c'est écouter Dieu qui te parle.
Prier, ce n'est pas demander à Dieu, mais recevoir ce que Dieu veut te donner; ce n'est pas être exaucé de Dieu, mais exaucer Dieu qui te prie.
Louis Évely : La prière d'un homme moderne (1968, Rééd.Desclée de Brouwer 2002), p. 33 
L'acte le plus efficace dont nous soyons capable, c'est la prière.
C'est là, dans cette passivité active, que tout se décide, que tout s'élabore. Ce qui se fera effectivement par nous, c'est dans ces moments d'ardente disponibilité silencieuse que Dieu aura pu en préparer l'éclosion. Il agit en effet à ce niveau de nous que nous ne connaissons pas , où tout notre devenir s'enracine et se nourrit.
Louis Évely : C'est toi,cet homme (1957,Rééd.Desclée de Brouwer 1995 ), p. 132 


"La foi c'est ce qui nous tient élevés vers Dieu"

La plus belle définition que je connaisse de la foi est peut-être celle-ci : la foi, c'est ce qui nous tient élevés vers Dieu.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 6 
Il nous faut avoir une foi profonde en la présence de Dieu en ceux qui souffrent.
[…] Jamais, en effet, nous n’approcherons le Seigneur de plus près que dans ceux qui sont le plus proche de son cœur et de sa sollicitude.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 51 
La foi sauve le monde. Seuls sauvent le monde ceux qui le regardent avec foi.
Louis Évely : Amour et mariage (1966), p. 46 
: http://www.louisevely.com : Nous contacter : Ailleurs sur internet : Qui sommes-nous ?

:   4 GROUPES LOCAUX
        
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Bruxelles
    Genève
    Lyon
    L`Aube
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

:  DES EVENEMENTS
        
    En ce moment :
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Rencontre autour de Louis Évely et Marcel Légaut à L'Aube du 18 juin au dimanche 22 juin 2014
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Vivez le temps de Noël à L'Aube : du samedi 21 (16h00) au Jeudi 26 décembre 2013 (10h00)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
du 16 au 21 août 2012 : Les échanges de L'Aube ; rencontre, réflexion et détente dans la Drôme
etc ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

:  UN BULLETIN
        
    Dans le numéro 13 :
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Des expériences qui de l’intime vont vers l’universalité
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En écho, le silence
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ma disponibilité fondamentale à l’accueil
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

:  UN FORUM DE DISCUSSION
        
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
... Merci Mary ! ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
... Nouvelles de l'état de santé de Mary Evely ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
... Avoir pitié de nos frères ...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

:  DES PUBLICATIONS
        
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




:  ADHEREZ MAINTENANT !



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En ce moment, ce site
est visité par : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Compteur Feedjit Live Traffic